QMOS : la Qualification de Mode Opératoire de Soudage

Vous saurez tout sur ce qu'est une QMOS (Qualification de mode opératoire de soudage), la norme ISO qui la décrit, ainsi que ce qu'elle doit contenir.

  • Non classifié(e)
  • QMOS : la Qualification de Mode Opératoire de Soudage

    Les activités de soudage dans l’industrie sont régies par plusieurs codes (CODAP, ASME, RCC-M, AD2000, …) et nécessitent une grande rigueur notamment pour la construction des appareils à pression. Vous trouverez dans cet article les détails concernant la QMOS (Qualification de Mode Opératoire de Soudage), sa définition et la norme de référence pour la rédiger. Vous saurez également tout sur sa période de validité, ainsi que la manière de constituer son dossier.

    Quelques rappels de définitions : QMOS et DMOS

    La réalisation d’une QMOS et la rédaction d’une DMOS sont généralement confiées à un spécialiste dûment formé au soudage. L’Institut de soudure propose ce type de formation.

    La QMOS (Qualification d’un mode opératoire de soudage), c’est quoi ?

    Une QMOS (Qualification de mode opératoire de soudage) est indispensable pour toute opération de soudage sur un appareil à pression. Elle a pour but de s’assurer que les paramètres de soudage employés conduisent à un assemblage soudé aux caractéristiques mécaniques attendues. La QMOS doit préciser les dimensions et formes de chaque assemblage de qualification.

    Le DMOS (Descriptif du mode opératoire de soudage), c’est quoi ?

    Le DMOS est une procédure qui autorise une entreprise à répéter en série des soudures. Il comporte les informations nécessaires concernant :

    • la préparation avant soudage ;
    • les réglages du poste de soudure ;
    • les matériaux (métaux d’apport et matériaux soudés) mis en œuvre.

    La création du DMOS est de la responsabilité du constructeur. Dès lors qu’une entreprise souhaite qualifier une QMOS, le DMOS est obligatoire. Au sein d’une entreprise, les personnes concernées par le DMOS sont :

    • le soudeur ;
    • le contrôleur ;
    • le responsable du soudage ;

     

    Quelle est la norme de référence pour rédiger une QMOS ?

    Il n’existe pas une, mais plusieurs normes de référence. Chaque norme définit, entre autres :

    • les conditions d’exécution des épreuves de qualification de mode opératoire de soudage ;
    • le domaine de validité du mode opératoire.

    Les normes concernées sont les suivantes.

    • EN ISO 15 610 donne les requis pour les modes opératoires utilisant des métaux d’apport testés
    • EN ISO 15 612 donne les requis pour les modes opératoires utilisant des modes opératoires de soudage standard
    • EN ISO 15 613 donne les requis pour la qualification sur la base d’un assemblage soudé de préproduction
    • EN ISO 15 614 donne les requis pour la qualification d’un mode opératoire de soudage

    Domaine et date de validité d’une QMOS

    Une qualification d’un DMOS préliminaire obtenue par une société avec une épreuve de QMOS est valable pour l’ensemble des soudages sur ses chantiers. Cette société est responsable de toutes les opérations de soudage réalisées correspondant à cette QMOS.

    Un PV de QMOS est émis en fin de procédure. Il résume la situation de l’épreuve, sa mise en œuvre, son DMOS, ainsi que le résultat des contrôles.

    La durée de validité d’une QMOS est de 2 ans. Le certificat doit être reconduit par l’entreprise tous les 6 mois.

    Les 6 chapitres d’un dossier de réalisation de QMOS

    Outre ces six chapitres, la QMOS comportera un chapitre 0 pour la grille de révision du dossier.

    1. Spécification générale de soudage

    Ce chapitre doit comporter les informations suivantes.

    • Matériaux de base.
    • Procédés de soudage utilisés. Par exemple, le soudage à l’arc manuel avec électrodes enrobées ou le soudage TIG sous argon avec électrode réfractaire.
    • Matériaux d’apport (définis dans le DMOS).
    • Préparation des bords à souder (soudure d’angle ou en bout à bout).
    • Informations relatives au préchauffage (température et procédure).
    • Qualification des soudeurs.
    • Nettoyage et défauts. Chaque passe sera débarrassée de son laitier avant de déposer la passe suivante. Tout défaut apparaissant en surface sera éliminé ou réparé.
    • Contrôles des soudures sur les plans.
    • Traitement de détensionnement après soudage.
    • Équipements utilisés.
    • Les coupons témoins de production doivent être validés par le client avant le démarrage de la fabrication.
    • Notices techniques utilisées.

    2. Spécification détaillée de soudage

    Cette partie comporte le cahier de soudage et la table des DMOS de qualification.

    3. Spécification générale des métaux d’apport

    On trouve ici les fiches techniques pour les électrodes enrobées et le TIG, ainsi que le registre des métaux d’apport.

    4. Listing des procédés de soudage qualifiés et de chaque soudeur (PV-QMOS)

    Tous les procédés de soudage qualifiés, ainsi que la qualification des soudeurs sera présentée ici.

    5. Notices techniques d’application

    Le domaine d’application des matériaux, ainsi que les tableaux des groupes et classes de matières correspondant au DMOS seront présentés dans ce chapitre.

    6. Spécification générale de CND (contrôles non destructifs)

    Ces contrôles tels que le ressuage ou la radiographie de rayons X ou Gamma ou les ultrasons permettent de contrôler la santé interne de la soudure tout en conservant la fonctionnalité des appareils à pression contrôlés, l’approvisionnement, l’utilisation, le stockage et le contrôle des consommables.

    Vous avez besoin de faire étalonner un poste à souder ? D’obtenir une qualification de mode opératoire de soudage ? N’hésitez pas à faire appel à nos services de métrologie et essais.